Le diagnostic d'autisme et de syndrome d'Asperger

Les questions auxquelles un bilan peut répondre

Lorsqu'une personne a du mal à accepter le changement, a des difficultés à interagir avec autrui, s'épanouit dans les cadres structurés et a une certaine déficience dans la communication verbale et non verbale, il peut s'agir d'un trouble du spectre de l'autisme.

Pourquoi diagnostiquer l'autisme ?

Afin d'accompagner une personne souffrant d'autisme, la prise en charge doit être aussi précoce que possible. Cela permet que l'ampleur des symptômes soit minimalisée et que la souffrance possible soit traitée.

Syndrome d'Asperger ou surdouance ?

Un nombre important de personnes ayant des difficultés à interagir avec autrui et une intelligence élevée sont diagnostiquées à tort comme présentant un syndrome d'Asperger (trouble du spectre de l'autisme, selon le DSM-5). Il est nécessaire de voir si les caractéristiques observées ne sont pas plutôt les conséquences d'une surdouance. Il y a aussi des cas où surdouance et syndrome d'Asperger coexistent.

Une investigation en profondeur pour un diagnostic aussi précis que possible

Nombre de diagnostics de trouble du spectre de l'autisme sont posés trop vite, sans qu'il y ait de véritable exploration du possible trouble en présence. Le bilan psychologique complet permet de rassurer les parents dont l'enfant n'est pas autiste et permettre à ceux dont l'enfant est autiste de lui offrir un accompagnement optimal.

Questions auxquelles un bilan psychologique peut répondre